Le fond Saint Martin 

Accès rue Chantereine 
► Ouverture de la barrière de 7h30 à 22h
La buvette "Le Colvert" est ouverte toute l’année : 06 17 45 45 82.

Présentation


Au coeur d’une vallée forestière de 400 hectares, le Fond Saint Martin séduit depuis plusieurs décennies les amoureux de la nature par son cadre verdoyant et ses équipements variés : plan d’eau et pêche, jeux pour enfants, équipements sportifs (fitness, terrains de tennis, tir à l’arc, stade de football...), nombreux sentiers de randonnées balisés (arboretum, sentier ornithologique, circuits VTT ...). Des tables de pique nique, un espace de restauration couvert et des toilettes permettent de passer un moment agréable en pleine nature. Vous y trouverez le sentier ornithologique, développé en partenariat avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux, et au terme d'une agréable balade en forêt,  la tour de Drince, tour métallique haute de 25 mètres offre un point de vue exceptionnel sur toute la Vallée de l'Orne, de la Fensch et de la Moselle. Vous pourrez également découvrir le parcours de course d'orientation, les circuits de V.T.T et les promenades en forêt. Le GR5 traverse le Fond Saint Martin.

Au Fond Saint Martin, les enfants raffolent des nombreux jeux situés dans la plaine.
Le plan d'eau, d'une superficie d'environ 1 hectare et profond de plus de quatre mètres près de son déversoir, est aleviné chaque année en gardons, tanches et carpes. La pêche y est autorisée de Pâques à la Toussaint, les dates précises d'ouverture et de fermeture sont définies chaque année en fonction de l'alevinage.
Des équipements sportifs, une aire de fitness dotée de nombreux appareils, un stade de foot engazonné, terrains de tennis, stand de tir à l’arc trouvent en ce lieu un cadre exceptionnel. Le mur d’escalade est interdit au public.


Tour de drince

Construite en 1906 puis détruite par les Allemands pendant la 1ère guerre mondiale, elle fut reconstruite et inaugurée en 1932 par le Club Vosgien de la Vallée de l’Orne. La tour de Drince, déploie sa structure métallique de 25 mètres de haut et ses 121 marches à près de 400 mètres d’altitude sur la plus haute colline des environs surplombant Rombas et toute la vallée de l’Orne. De là-haut, vous découvrirez un panorama à 360° où la vue porte à plusieurs dizaines de kilomètres, au-delà des frontières luxembourgeoise et allemande.

tour-de-drince-WEB.jpg
tour-de-drince1WEB.jpg

Au fil des années et surtout des événements tragiques qui ont bouleversé notre région, l’histoire de la tour a été quelque peu oubliée.
Une étude d'Anna Rizzutti, intitulée “ La colline de Drince, tour et détours” a permis de la faire revivre. Ce travail de recherche peut être consulté à la Médiathèque "la Pléiade", 2A, Grand'Rue à Rombas

La tour de Drince est l’oeuvre de la section de Rombas du Club Vosgien.
C’est le 17 décembre 1900 que la section envisage la construction d’une tour sur le sommet de la colline de Drince pour permettre aux promeneurs d’avoir une vue étendue sur la vallée.
En 1904, 12 ares de terrain sont achetés à un vigneron de Pierrevillers. Ce terrain est déboisé en 1905, et faute de moyens financiers, la construction d’une tour provisoire est envisagée en 1906.

C’est au début juillet 1907 que la première tour de Drince est construite d’après les plans de l’ingénieur Schneider. Il s’agit d’une construction rudimentaire en bois qui s’élève à 25 mètres au dessus du sol. Du sommet de la tour, on peut observer les frontières du Luxembourg, de la Belgique et .... de la France à quelques pas.
Dès les premiers jours de la Première Guerre Mondiale, cette tour en bois est détruite par l’armée allemande, une indemnisation étant promise au Club Vosgien qui est malheureusement dissous à la Libération en 1918.
La tour de Drince : 25 mètres de haut, 110 marches et 16 tonnes de fer produites dans les usines toutes proches.
C’est en 1929 que renaît une section du Club Vosgien dans la vallée de l’Orne.
En 1930 la section obtient une indemnisation de 11.000 francs au titre des dommages de guerre, mais cette somme est insuffisante pour ériger une tour que le Club Vosgien souhaitait reconstruire en fer.
L’entreprise de construction mécanique Jost et Collot Frères d’Amnéville propose la construction d’une tour de 25 mètres pour 30.000 francs.

Pour réunir les fonds, la section locale fait appel aux autres sections, aux parlementaires, industriels, commerçants et organise une tombola le 5 mai 1932. Les fonds enfin réunis, la fabrication de la tour est terminée en atelier le 5 août.
Les 16 tonnes de charpente en fer sont acheminées en 8 jours par un charretier à l’emplacement de la tour précédente.
La nouvelle tour de Drince est inaugurée le 11 septembre 1932, sous la présidence de M. Marcilly, Chef de Cabinet du Sous-Préfet de Metz-Campagne.
C’est à 22 mètres du sol qu’est située la première plate-forme. On y accède par un escalier à 10 paliers de 10 marches. Une deuxième plate-forme, accessible par un onzième palier de 10 marches s’élève à 24,20 mètres. Au niveau du garde-corps de la dernière plate-forme, la tour a une hauteur de 25 mètres. Du sommet, on peut voir à 80 Km par temps clair, les Ardennes, le Luxembourg et la Belgique les côtes de Meuse et la tour des Morts haute de 46 mètres à Douaumont.
Après 50 ans, en 1982, les frais d’entretien de la tour devenant trop importants, le Club Vosgien cède l’ouvrage ainsi que la parcelle de terrain à la ville de Rombas.
Durant l'été 2000, une équipe spécialisée a remis en état et a remplacé escaliers, piliers et câbles d'amarrage. L'ensemble de la structure nettoyée, les trois couches de peinture redonnent un coup de jeune à cette vénérable dame de fer.
Construite avec l’acier produit par l’usine de Rombas aujourd’hui disparue, la tour de Drince est le témoin, comme la tour Eiffel, du savoir-faire de la sidérurgie lorraine.